Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, ABCDENT utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.J'accepteEn savoir plus

Normal

SBR - Société Bioprogressive Ricketts

Société scientifique


Adresse

  • 91 rue du faubourg Saint Honoré
  • 75008 Paris
  • France

  • Tel : 01 44 71 36 63
  • Fax : 01 45 63 54 66


A propos

La Société Ricketts est fondée.

Elle est née de la réunion d’une cinquantaine d’orthodontistes qui, ayant compris quelle est la meilleure méthode orthodontique actuelle, veulent l’approfondir, suivre son évolution, et la diffuser.
Si chacun de ces praticiens goûte la fierté et le plaisir de travailler selon la technique la plus récente, et si leurs patients peuvent bénéficier de ses avantages, c’est grâce au dynamisme et à l’enthousiasme d’un homme Carl F. Gugino.

En 1966 un jeune praticien américain, dont le cabinet est pourtant en pleine expansion, accepte de passer plusieurs semaines en France.

Il y est inconnu, il n’a pas de titres universitaires, ses propos sont accueillis avec méfiance et il est tout juste indemnisé de ses frais. Mais il convainc. Et il revient, poussé par l’incoercible désir de faire partager sa foi dans la méthode de son maître, le Dr Ricketts, et par sa passion de l’orthodontie. Derrière le coup de pince du praticien il y a l’ardeur de l’évangéliste. Nous lui devons une immense reconnaissance.

Au prochain Congrès International de l’A.D.F, Carl Gugino sera à l’honneur : c’est le moins que lui devaient les praticiens français.

On pourrait appliquer à l’orthodontiste cette phrase de Goethe : « bien savoir et bien faire une seule chose prouve un plus haut développement que d’en faire à demi une centaine ».

C’est pour nous aider à bien savoir et à bien faire qu’est née la Société Ricketts qui rassemble ceux que C. Gugino a formés, directement ou indirectement.

Les cours sont toujours trop brefs et beaucoup d’entre nous ressentent le besoin d’affermir leurs connaissances, le désir de confronter leurs diagnostics ou leurs plans de traitement au sein d’un groupe restreint où chacun participe activement à la discussion. C’est le type d’échanges de vue que ne permet plus la S.F.O.D.F. du fait de son importance numérique, et c’est pourquoi nous avons adopté la formule des groupes régionaux.

Quant aux questions d’intérêt commun (relations avec la « Foundation for Orthodontic Research etc…) il fallait
choisir entre les réunions nationales fréquentes ou l’information à domicile.
Nous avons opté pour le bulletin, lien amical, commode et, espérons-le, efficace.

La Société est lancée. Souhaitons lui bon vent, mais sachons qu’elle n’avancera que du souffle de chacun de nous.

J. Philippe.